ECONOMIE

Publié le 19 Décembre 2010

La baisse des taux d'impôts sur les revenus permet de relancer l'économie,car contrairement a ce que l'on pense elle est profite plus aux bas revenu qu'au haut revenu parce que le salarié cherche à gagner plus pour son propre bénéfice: 

Obama obligé de faire des « cadeaux aux riches »

Obama obligé de faire des « cadeaux aux riches »
Illustration

Les « cadeaux aux riches » bénéficient aux pauvres.  La nouvelle donne au Congrès a obligé le Président Obama à reconduire les réductions d’impôts sur le revenu introduites par l’administration Bush : les revenus les plus élevés sont taxés à des taux moindres. Paradoxalement ces « cadeaux faits aux riches » les amènent à payer plus d’impôts, et soulagent la charge fiscale des plus pauvres. Chiffres en mains, Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, donne les clés du mystère.

Où est le mystère ?
Apparemment il y a un mystère : comment les « cadeaux aux riches » les conduisent-ils à payer une part croissante des impôts ?
En fait, la démonstration avait été faite à l’époque de Ronald Reagan par Arthur Laffer, et on avait déjà observé le même phénomène après la réforme de Reagan avec les travaux de Alvin Rabushka (1986) : les contribuables ne sont pas tant intéressés par la masse d’impôts qu’ils payent que par ce qui leur reste de l’argent qu’ils ont gagné.
S’ils payent aujourd’hui au percepteur une proportion de la moitié de l’argent qu’ils gagnent et si on leur dit qu’ils ne paieront plus désormais que le quart, ils ont le sentiment de travailler désormais pour eux au lieu de travailler pour l’Etat et ils comprennent qu’ils pourront vivre mieux s’ils travaillent davantage, si leurs profits sont plus importants, si les revenus de leur patrimoine sont supérieurs, etc. Peu leur importe ce qu’ils donnent au fisc, ce qui les intéresse c’est ce que le fisc leur laisse.
La baisse des taux marginaux a donc un effet stimulant sur l’activité économique. Un taux d’impôt abaissé de 10% peut conduire à doubler le montant de son revenu. Si le taux passe de 50% à 40% pour un revenu passant de 100 à 200, la recette fiscale fait un bond de 50 à 80. Travaillant plus ils gagnent plus, mais comme le percepteur leur prend moins leur pouvoir d'achat progresse. Dans ce cas ils achètent plus et le P.I.B augmente ,le chômage baisse, les charges pour les salariés et les entreprises baissent ,le cercle vertueux se met en marche...

Rédigé par moulin

Publié dans #contribuables

Repost 0
Commenter cet article